mardi 30 avril 2013

Sens Dessus Dessous












lundi 29 avril 2013

"J'ai Tressé Victoire !"



















Beaucoup étaient venus avec leurs petites laines. Le froid, peut-être, qui régnait en ce samedi matin.
À moins que ça ne soit pour la formation tressage programmée par le Syndicat sarthois du cheval percheron. À cette occasion, la ferme de Crenon, lieu historique de l'élevage du cheval percheron et dans un passé plus lointain du trait du Maine, à Crannes-en-Champagne, a accueilli une foule de tresseuses et de tresseurs. Parmi les 60 personnes présentes, il y avait "les experts". Au premier rang desquels il faut citer Adelaïde Allais et Maxime Allais, reconnus malgré leur jeune âge comme professeurs es tressage.
Adelaïde et Maxime étaient accompagnés de valeurs sûres et confirmées du tressage, Jean-Luc Bâcle, Alain Viot, Martine Collet, Amandine Collet...
Et puis, il y avait les apprenants, ceux pour qui c'était la 1ère fois ou presque.





















Ils s'en souviendront sans doute, de cette 1ère crinière avec ses brins de laine capricieux, avec ses crins trop abondants, et avec cet équilibre précaire qu'il faut garder à tout prix malgré les marques d'agacement de la jument.

"Tu as oublié de prendre du crin en dessous", entend-on ici. "Tu récupères la laine avec l'index", conseille-t-on plus loin. Là-bas, un appel au secours : "Adelaïde ! Qu'est-ce que je fais ?".
Les photographes s'en donnent à cœur joie. Le malheur, même minime, des uns fait le bonheur des gens d'images.

"Victoire ! J'ai tressé Victoire !", s'exclame une jeune fille ravie non pas de sa tresse pourtant honorable mais de l'avoir réalisée sur Victoire de Crenon. Avec Victoire, suitée de quelques semaines, il y a 6 autres juments, crins offerts, toutes de bonne composition.




En fin de journée, le président du Syndicat sarthois Pierre-Yves Berger se lance... pour sa 1ère crinière.
Le geste est peu académique, les laines volent souvent du mauvais côté, le majeur remplace parfois l'index. Ce qui n'empêche pas le président de conclure dans un sourire : "Finalement, c'est pas si difficile que ça !". Avec cette autre précision quand même : "Quand on présente sur les concours, on n'a pas le temps de tresser".
Pas grave, Pierre-Yves, la Sarthe semble ne pas manquer de bonnes volontés de tous âges.

samedi 27 avril 2013

Haro Sur Le Bouleau

Yeux qui pleurent, nez qui coule ? Ne seriez-vous pas allergiques au bouleau ?
En ces premiers jours de temps printanier pour 2013, le bouleau est désigné à la vindicte populaire par le milieu médical, si l'on en croit les medias. En cause, le pouvoir allergisant de son pollen qui ferait actuellement des ravages.
















À bas le bouleau !
Arbre honni des milieux ouverts (landes) qu'il colonise gaillardement, le bouleau qui nous fait pleurer serait donc le mal-aimé de nos espaces ruraux.
Heureusement, nous disposons en la personne d'Étienne Poupinet un grand éradicateur de bouleaux, en particulier ceux de la corniche de Pail en Mayenne avec lesquels il ferraille l'hiver venu.
Au secours Étienne ! Le bouleau nous pourrit la vie. Mais avant de te consacrer aux vilains bouleaux, il va te falloir battre et rebattre la fougère aigle quand l'été sera chaud.
Allez Étienne, au boulot !


On Nous A Envoyé

Bernard Defrain.















Bernard Defrain, qui nous adresse régulièrement des photos de Pensée, nous annonce que sa boulonnaise a 10 ans. Pour fêter cet anniversaire, il propose des balades gratuites en attelage le dimanche 5 mai de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h.
Si vous êtes de passage dans la Somme ce jour-là, n'hésitez pas. Rendez-vous au 2 bis, rue de l'Abbé Loir, 80800 Le Hamel. Il est préférable de s'inscrire au 06.99.20.10.54.

vendredi 26 avril 2013

Complément D'Attelages

















Vus à Fresnay-sur-Sarthe, dans le cadre de la Journée nationale de l'attelage de loisir. Un rassemblement organisé par l'Association sarthoise d'attelage (ASA).














jeudi 25 avril 2013

Chevaux Normands En Guerres

















Une équipe de télévision de FR 3 a été aperçue à plusieurs reprises ces dernières semaines, tournant autour des chevaux percherons.
Pour les maîtres d'œuvre, Pascal Vannier et François Hérard, il ne s'agissait pas de réaliser un film sur le cheval percheron. En effet, ce film de 52 minutes sera consacré aux "chevaux en guerres", les deux dernières Guerres mondiales, et portera géographiquement sur la Normandie, "l'usine à chevaux de guerre de la France".
"En 2014, la Normandie sera au cœur de 3 événements majeurs : les Jeux équestres mondiaux, le centenaire de la Grande guerre et le 70ème anniversaire du débarquement. Triptyque dont le cheval est incontestablement le lien sur sa terre d'élevage historique et indéfectible", expliquent les réalisateurs.

Ce film s'intéressera donc à tous les chevaux normands pendant les deux dernières guerres. "Jusqu'en 1918, il faudra mobiliser 1.450.000 chevaux dont une majorité de 1/2 sang... En septembre 1939, la guerre est de retour... Les Normands, qui choisissent l'exode, chargent leurs carrioles à cheval de l'indispensable... L'occupation saigne le pays. Humiliation des réquisitions... ".



















Cheval bas-normand, le percheron apparaîtra à plusieurs reprises dans ce film par le biais d'interviews sur l'Histoire, de documents anciens et d'images tournées dans quelques élevages normands.
Aucune date n'est encore prévue pour la diffusion, courant 2014. Ce film aura plusieurs vies. Il sera projeté en premier sur FR 3 nationale et ensuite sur la chaîne Équidia.
La quantité d'images produites permettra aussi de mettre en ligne sur les sites Internet des chaînes concernées des "web-docu", sorte de mini-sujets réalisés à partir des images non utilisées pour le film principal.